Suis moi sur Twitter !


  • SUIS-MOI SUR INSTAGRAM !


Derniers coups de coeur

Achetez mon livre !

Pub

« Tomcast à venir :
Valéry Zeitoun
| Accueil | Les Tomcasts : premier bilan ! »

Le Marketing et Moi
Réponse à Karine Fougeray

Karine1 L'écrivain Karine Fougeray, auteur d'un recueil de nouvelles particulièrement réussi sur fond de Bretagne, a lu Les Enfants du Plastique. Elle publie une longue critique sur son blog, sévère mais juste, le genre de critique "qui aime bien chatie bien".

Merci à toi Karine, je reconnais que j'aurais pu aller beaucoup plus loin sur certains aspects de l'histoire en revanche je ne suis pas d'accord quand tu dis "les descriptions des processus marketing poussés à outrance (...)prennent trop de place par rapport au reste". Là tu es un peu injuste. Elles prennent tout au plus 10 pages réparties en plusieurs endroits sur les 250 que compte le livre.

D'autre part quand tu écris : "D’ailleurs, il a le dos large, le marketing. Il guide le livre comme il guide le blog de Thomas. Et comme ce que dénonce ce dernier dans son ouvrage et ce qu’il met en pratique sur le web ne font finalement qu’un, on est en droit de se poser la question : où est ta vérité vraie, Thomas ?"

On me pose tout le temps cette question alors voici "ma vérité vraie" :

Je pense que le marketing est une bonne chose quand il intervient APRES la création de l'oeuvre dans le cas de la musique ou de la littérature. Il n'y a pas de raison de se priver de toutes le techniques ingénieuses inventées par l'homme de communication pour faire connaître son travail. Et pour celà je n'ai aucune limite.

Le vrai danger, c'est quand le marketing commence AVANT la création. Quand on regarde des études très pointues et qu'on se dit dans le secret d'une salle de réunion :"Tient ça serait bien qu'on sorte un roman trash écrit par une jeune prodige mignonne à poitrine-ardisson dont les deux parents sont morts sous ses yeux dans l'effondrement des Twin Towers...", on a fabriqué la campagne de pub avant le livre. Et ça c'est mal...




Commentaires

Tétanos

Avant ou après, il me semble que le marketing à outrace, l'utilisation des techniques publicitaires, certes ingénieuses, mais à mes yeux souvent débilitantes, ne font qu'entretenir l'amalgame entre ce qui relève de l'oeuvre et ce qui devrait rester dans le domaine des "annexes". Vous en êtes d'ailleurs la preuve vivante : là, on vous juge en fonction de votre attitude, on lit votre livre en fonction de ce qu'il y a sur votre blog, le texte en soi est un peu en retrait, la figure émergeante, c'est l'auteur, vous. Et tout le reste (n')est (que) littérature. Moi ça m'attriste un peu. Suis (encore) bloqué là dessus : la figure la plus intègre, digne de la littérature contemporaine (enfin presque contemporaine, disons pas encore occupée à manger les pissenlits par la racine) est celle de Julien Gracq... On ne le verra jamais dans une foire aux boudins pour vendre Un balcon en forêt... enfin voilà...
((Au passage, je fais ma pub : j'ai commis aussi une relativement "méchante" critique de votre livre sur mon blog, critique qui tente de tabler sur l'humour pour relever ce que je trouve de peu conséquent dans Les enfants du plastique))

prixdeflore2006

Je reste court vu que je suis d'accord...
- avec ta vision du marketing (entièrement)
- et avec le fait que le marketing tient une place majeure dans les Enfants du plastique.
Mais c'est ce qui en fait l'intérêt, je trouve : sans cours de market' (ou alors, juste sur 10 pages...), tu immerges bien le lecteur dans un univers où le marketing est à la fois en amont de chaque projet et au coeur de toute réflexion.
Et si tu en rajoutes sur la forme (jouissif, la réunion en agence), sur le fond ça m'a semblé assez juste sur le monde non pas de demain, mais d'aujourd'hui.

Fabien D.

Bonjour Thomas,
en lisant votre article, j'ai pensé à ce jeune blogueur qui se fait appeler Brad-Pitt Deuchfalh (déjà là on est dans le marketing, non ?)et dont le coming-out en début d'année avait tellement fait jazzer la blogosphere (pointblog allant jusqu'à contacter l'attachée de presse d'Amélie Nothomb). Je me suis toujours dit à propos de ce blogueur qu'il pouvait tout se permettre pour deux raisons :
1/ parce qu'il est talentueux d'emblée. Le nombre impresionnant de lecteurs le demontre.
2/ parce qu'il invente un marketing drole, ironique et inventif. Le lecteur est sans arret surpris. C'est ludique.

Voilà tout ça pour dire que je suis d'accord avec vous : lorsque le talent est là , le marketing ne le gache pas, au contraire.

wrath666

"Elle fait les galettes, c'est toute sa vie". Je crois que je n'ai jamais vu un titre aussi niais:) Sinon, sur le marketing, ça donne un petit côté "écrivain capitaliste" tout à fait subversif...

Emmanuelle Pagano

... dès qu'on essaie de ne plus manier la langue de bois sur un livre, de dire vraiment ce qu'on pense, on se fait "attaquer".

Pour ma part, bien que n'étant pas attirée par le livre de Thomas, je l'offrirai bien à mon grand garçon, au vu des "critiques" (et je ne lui fait lire que des livres que je trouve "riches").

Par contre, je ne m'aventure plus à donner mon avis sur les livres ou manuscrits...trop de suceptibilité et d'amour propre chez les auteurs, même et surtout "en herbe" et c'est normal.

Les éditeurs, puis les critiques sont là pour ça, et le font plus ou moins bien, plus ou moins sincèrement.

Lorsque je me suis un peu "accrochée" avec votre amie, 666, je ne me suis pas permis de critiquer sa prose. Et je ne le ferai jamais (en public s'entend).

Thomas, contente de te voir bientôt migrer en Italie, moi c'est l'Espagne (sortie dans les librairies d'ici 15 jours)et après le Portugal. Pour l'instant que les langues latines ?

Manu

Je comprends cette critique. Quand je lis ton blog, Thomas, j'ai parfois un peu de mal à discerner la frontière entre "oeuvre" et "produit", même s'il est indéniable que, aujourd'hui, le premier induit le second. J'ai néanmoins parfois l'impression que tu as du mal à faire la part des choses.
En fait, il me semble que tu vis de ce que tu dénonces (fort talentueusement du reste) ; d'où le "malaise"...

Poster un commentaire

Si vous avez déjà un compte TypePad ou TypeKey, merci de vous identifier.

En direct des Tomcasts, 1er Talk Show sur le web !

Le dossier choc!