« Les publicitaires au service
des politiques.
| Accueil | Concours de T-shirts secs (désolé!) »

Note de synthèse :
Ma vision de l'université d'été de l'UMP

Les universités d'été en cinq points :

1) Les jeunes militants : c'est assurément le côté le plus sympathique de l'événement. Les jeunes militants sont enthousiastes, passionnés et j'ai beaucoup aimé discuter avec eux du sens de leur engagement notamment avec la charmante et très sérieuse Domitille 69. Ils ont envie de s'investir derrière Nicolas Sarkozy (pour eux, les autres personnalités de l'UMP n'existent même pas) car ils ont la conviction qu'il est le seul à pouvoir "faire bouger les choses". Ces jeunes "étudiants d'un week-end" viennent de toute la France et de tous les milieux sociaux même si je l'avoue, il est plus facile de remarquer les Marie-Charlotte et les Diorgucci, tout excités à l'idée d'apprendre le maniement du mot "Populaire".

2) Les journalistes : passionnant de découvrir le fonctionnement d'une salle de presse, véritable ruche qui pendant trois jours va nourrir les rédactions du monde entier. Nous nous sommes efforcé de ne pas gêner ces journalistes qui nous regardaient un peu comme des curiosités. A ce sujet, je voudrais rassurer Christophe Carignano et clore une bonne fois pour toute cette polémique moyen-âgeuse qui veut opposer les blogueurs aux journalistes. Non je n'ai pas gêné les journalistes dans leur travail, je les ai même... dépannés !!!

Dimanche, j'ai prêté mon pied de caméra pendant toute la matinée à une équipe du Grand Journal de Canal+ car ils avaient pété le leur. Sinon, samedi soir j'ai dîné avec Martin, correspondant du Financial Time à Paris et c'était très très cool de découvrir la scène politique française vue par un journaliste anglais.

3) Les tables rondes : organisées dans les faubourgs de l'assemblée pleinière, ce sont des ateliers destinés à sensibiliser les jeunes militants aux axes clefs du programme.  A l'occasion d'une table ronde sur le thème : "communication et politique", je réalise que l'UMP est une véritable machine de guerre parfaitement organisée qui sait s'entourer des meilleurs consultants et ne laisse rien au hasard. Oui, L'UMP est organisée comme une vraie entreprise avec des objectifs chiffrés et de nombreux cadres sont issus d'écoles de commerce comme le très dynamique Thierry Solère, responsable des blogs, maire adjoint de ma ville et sosie vocal de Michel Drucker. Pour Nicolas Sarkozy, les élections vont se jouer à 50/50 et  le 1% d'électeurs en plus que le web pourra générer sera décisif.

4) Les pleinières : ce sont des séries de discours particulièrement décevants prononcés par les ténors de l'UMP. Le but du jeu est d'utiliser un maximum de mots pour dire un minimum de choses, voire rien du tout pour les plus rompus à la technique (Dominique de Villepin). Discours type : 1) Dire merci à Nicolas pour ce qu'il a fait de l'UMP, 2) s'auto-congratuler dans le but de déclencher de longue séances d'applaudissement, voire des standing ovations, 3) critiquer le P.S - le bonnet d'or du Cabaret des deux Anes étant décerné à Philippe Douste-Blazy pour son passage en revue des candidats potentiels du P.S (voir l'excellent billet de Vinvin à ce sujet). 4) Attention, ne surtout pas balancer d'idées, c'est réservé à Nicolas.

5) Le discours de Nicolas Sarkozy : Impressionnant évidemment. Des phrases simples et percutantes "On coupe les ailes de la jeunesse", le président de l'UMP refuse en bloc la démagogie, il n'a pas peur de bousculer les jeunes. "Les jeunes ont des devoirs". "Le mot travailler n'appartient pas à ceux qui interdisent aux français de travailler". "La gauche de Jospin, Royal et Hollande a trahi la jeunesse de Jaurès et de Blum" (x3) "La gauche accepte la pauvreté pourvu que tout le monde soit pauvre" "La jeunesse hésite entre la joie de vivre et la peur de vivre". Doc Gyneco au premier rang est souvent le premier et parfois même le seul à applaudir (!).

Sarko enchaine sur une soutenance orale de son livre "Témoignage" et prend à partie la star venue le soutenir : "Redonner, cher Johnny l'envie d'avoir envie". Nicolas veut "des écoles dans lesquelles les élèves se lèvent quand le professeur entre dans la classe".  "l'école n'est pas faite pour apprendre aux jeunes à devenir jeunes". Nicolas ... seul petit défaut, à force de t'entendre dépeindre une situation dramatique, on finit par croire que la gauche est au pouvoir depuis de nombreuses années, sentiment étrange d'un discours d'opposition prononcé par le numéro 2 du gouvernement !

Conclusion : Je remercie l'UMP et plus particulièrement Thierry Solere et Eric Walter de m'avoir invité à cet événement que je je me suis efforcé de couvrir avec le maximum d'objectivité. J'ai hâte maintenant de rencontrer des personnalités de gauche pour savoir comment ils comptent s'organiser face à cette machine de guerre redoutable qu'est l'UMP de Nicolas Sarkozy.

Tout cela est très excitant, croyez moi...




Commentaires

cubik

'tain, mais la voila la note que j'attendais. Enfin, un peu degouté qu'elle ne serve que de conclusion tout de même.
Pourquoi on n'a rien vu de tout ça durant le we??

K-rose

J'aimerais pouvoir me faire une idée plus précise sur ce que propose l'UMP. Mais bon, les médias vont tellement nous bassiner que je vais avoir de quoi faire.

Merci quand même pour tous ces post bien intéressants.

FrédéricLN

"J'ai hâte maintenant de rencontrer des personnalités de gauche pour savoir comment ils comptent s'organiser face à cette machine de guerre redoutable qu'est l'UMP de Nicolas Sarkozy."

La différence entre un parti et une "machine de guerre" (ou une "usine", autre comparaison parfois faite), c'est que le résultat n'est pas produit en interne (par des chars ou des machines) mais par les citoyens. Ceux-ci peuvent aussi regarder passé le défilé et s'engager ailleurs que dans l'armée ... C'est leur choix !

Julien

a propos de ce qu'en pense les journalistes de gauche, t'as vu ça ?

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/202176.FR.php

Julien

Rectification :
A propos de ce qu'en pensent les journalistes de gauche, t'as vu ça?
http://www.liberation.fr/actualite/politiques/202176.FR.php

tara tata

t'es tellemnt naze et pret à tout pour qu'on parle de ta minuscule personne que tu ne te rend même pas compte que tu t'es fait blouser et que tu participes toi aussi de cette "redoutable machine de guerre". t'as pas honte de faire de la pub à sarkozy? et le pen c'est la semaine prochaine?

Thomas Clément

>cubik
en fait j'ai passé plus de temps sur le terrain à me balader partout plutot qu'à bloguer dans la salle de presse, c'est un choix, j'aime pas trop bloguer sans reflechir. J'ai écris la plus part de mes posts dans le TGV et ensuite chez moi jusqu'à 1h du mat'.

>Julien
Merci pour le lien. Je trouve que l'article de Libé est très "fair".

>tara tata
La meilleur façon d'éviter les commentaires comme le tiens c'est de ne parler de rien en pesant ses mots. Donc bienvenue sur mon blog.
J'ajoute que je serai aussi ravi de me faire "instrumentaliser pas le PS"

Laure

Je suis absolument scandalisée et ultra déçue par la publicité que tu fais à l'UMP via ton blog. Comme quoi, la façon de faire de ce parti fonctionne à merveille: l'accueil chaleureux, les échanges intelligents, le discours parfait, méga show à l'américaine....
Vous vous êtes fait acheter, et sur ce point, ta déontologie et ton intégrité en prennent un sérieux coup.
Ce que nous attendions de toi était de la transparence, et surtout, surtout, aucun parti pris.

MissAdagio

Pour Laure > Très franchement, je ne vois, dans ce billet, aucune pub pour l'UMP... j'aurais même tendance à y voir le contraire...
Tu es certaine d'avoir lu le billet ????

cubik

Laure>quand bien même, il y aurait un appui à l'ump dont personnellement, je ne suis pas convaincu, où est le problème?
On va redire l'évidence: les blogueurs invités n'étaient pas des journalistes. L'intégrité, la déontologie et l'objectivité que tu réclames, ils n'y sont pas tenus. Ils l'ont dit et répétés pourtant, et ça me semblait assez évident même sans ça.

Thomas Clément> même en travaillant après réflexion, je trouve dommage de concentrer tout en une note finale. Apparement, tu as passé plus de temps hors de la salle de presse que les autres. Devait y avoir moyen de faire des trucs détaillés, même après coup. Enfin bon, elle est déjà très bien cette note :)

marie caroline

et doc gynéco, il est sympa?
euh je suis blonde, il ne faut pas me demander une haute réflexion!

Nico

Bravo, t'as été excellent !

[ma][nu]

Je trouve que vous nous avez bien fait vivre le truc à la sauce blogueurs ! Mission accomplie !

Vinvin

Cool bob.

Joufpoi

@tara tata : Et pour toi PS = PC = LCR = Maoistes = Trotskystes ou pas ?

Thomas Clément

>Laure
Tu me fais de la peine

>Vinvin
Cool toi-même, Cy!

olivier

j'aimerais bien avoir l'avis des autres blogauteurs sur les changements quant au contenu de ce blog - notamment ceux de Yansor et de Clarabel - c'est important à mes yeux - j'ai cette vision certainement ridicule et dépassée de la littérature comme rempart de l'humanisme ( de l'anti-Weitzmann si vous voyez) et ça ne cadre pas avec l'envie d'avoir envie de SArkozy - moi, j'ai pas envie d'avoir envie de lui
olivier

jakouille

Les meilleurs billets publiés par le blogueurs à l'université d'été de l'UMP
http://www.jakouiller.com/index.php/2006/09/04/534-les-blogueurs-a-luniversite-dete-de-lump

MC

Attends Olivier t'as rien compris attends je veux dire, attends, les gens faut pas les mettre dans des cases, attends tu comprends, je veux dire ?

Moi je vote pour un nain cocu qui surfe sur la trouille, la haine, l'ordre et le boulot, c'est mon choix et c'est ma vie, mon verre est petit mais je bois dans mon verre.

Et rappelez-vous : PAS DE PITIE POUR LES GUEUX !

Alex

Houla...j'avais oublié que la politique c'était comme le foot. Dès qu'on est plus dans le même camp, les esprits s'échauffent et ça part dans tous les sens...Alors que bon, ce que j'ai lu, notamment la dernière phrase du petit 5, montre qu'on ne peut pas véritablement dire que Thomas est pour tel ou tel parti politique. Et puis même si c'est le cas est-ce que ça fait de lui un "gros naze"? Peut-être que j'ai du mal à comprendre toute cette agitation, tout simplement parce que comme en foot, j'ai du mal à choisir un camp. Moi aussi, je suis très loin d'être une fan de Sarko (ce qui pour autant ne fait pas non plus de moi une fan de Ségolène) mais je pense qu'on peut échanger des idées sur un sujet et donner son avis de manière intelligente: en avançant des arguments solides et précis tout en évitant les noms d'oiseaux ou autres remarques qui ne font certainement pas avancer le débat. Evidemment, là c'est déjà plus dur parce que ça demande de maîtriser le sujet (même moi je le reconnais, je suis plus experte en insulte ou en vannes en tout genre qu'en politique). Bref, tout ça pour dire que je suis un peu choquée de voir les réactions que provoquent des avis divergents...Keep cool ;-)

Thomas Clément

>Alex
Yeah !

Emmanuelle

Egal à toi même. Les vidéos étaient fraiches avec le mot qu'il faut.
Un citoyen ouvert sur le monde.
Merci

Alex

Merde j'voulais dire stay cool...Enfin tout le monde a compris!

Jules

TRACKBACK:

Retour sur un discours
http://w-next.typepad.com/whatsnext/2006/09/dans_une_note_d.html

mercantour

Rupture avec sarkozy ? Mon oeil sarkozy est le clône de chirac , incapable d'évoluer sur les questions de société comme le mariage homo . La très catholique Espagne a voté l'ouverture du mariage aux couples homos et la France laique n'ose pas franchir le pas ! Et dire que l'Afrique du Sud , la Suède et Taiwan vont rejoindre les pays où les homos peuvent se marier ...la France est-elle devenue un pays ringard et coincé ?

Claudius

Les journalistes sont inféodés à Nicolas Sarkozy, pour la plupart , pour les plus lus; ce sont des salariés de Bouygues, Lagardère ou Dassault, détenteurs de la majorité des organes de presse et qui par leur puissance financière influencent la plupart des médias. De plus dès qu'un journaliste reporter pète de travers ou crache dans la soupe ou tout simplement veut faire honnêtement son métier (Robert dans l'affaire Clearstream, par exemple), il se fait traîner devant les tribunaux ou perd son job.

Je n'attends donc aucune objectivité de la part de ces gens. Ils sont payés pour faire un travail, ils le font, bien , d'ailleurs pour la majorité d'entre eux.

Je n'attends pas non plus d'objectivité de la part des blogueurs, tout simplement comme tu le dis, parce qu'ils n'en ont pas l'obligation. L'objectivité, en la matière, vient de la diversité des personnalités.
Or, vous avez tous l'air d'être unanime, vous vantez l'organisation, la gentillesse des interlocuteurs, le charme et la persuasion d'un Sarkozy (ce sont ses armes, il faut y penser avant de porter un avis sur sa prestation). On en oublie les familles séparées, renvoyées à la famine, au malheur, à la misère, à la mort pour certaines.
C'est cela aussi Sarkozy, pas simplement un voyage sympa et gratuit, un hotel confortable, des petites attentions, des clins d'oeils aguicheurs.

Celui qui risque de gouverner en 2007, c'est celui qui n'aime pas les emmigrés, c'est celui qui fait les yeux doux à la scientologie, c'est le copain de Balkany et d'autres affairistes véreux, c'est celui qui se sert des fonctionnaires de police pour ses propres besoins, c'est celui qui est capable de bien des choses pour se venger de quelqu'un (cf l'affaire Cécilia), c'est celui qui ramène les problèmes de l'école à un garde à vous devant l'autorité, c'est le petit qui est tout content d'humilier ceux qui font 30cm de plus que lui; bref, ça n'est pas seulement celui qui vous tend l'assiette de petits fours.

J'aurais aimé que parmi les blogueurs invités il y ait des "Torpedo", des "Monolecte", des "El ryu", des "guillermo", etc., mais ceux-là, bizarrement n'ont pas été invités.

Dommage.

 LEsCAUDRON Didier

"Houla...j'avais oublié que la politique c'était comme le foot. Dès qu'on est plus dans le même camp, les esprits s'échauffent et ça part dans tous les sens..."

Alex, vous avez bien raison: la politique c'est comme le foot. Voila ce que j'en pense:

TITRE: Manaudou, Sarkosy, Zidane, Royal… des héros ou de simples acteurs d’un système obsolète ?

RESUME: Du monde sportif au monde politique, il est tentant de faire des liens. Les ressorts des sports institutionnalisés ne sont pas étrangers à ceux des institutions politiques. Dans l’Olympe médiatique, les demi-dieux des stades côtoient bien souvent les demi-dieux du cirque politique. En quoi ces stars et leur connivence nous aideront à relever les défis du futur ? Les manipulateurs d’opinion comme les marionnettistes du monde sportif sont-ils encore en phase avec leur temps ? Avec un vrai partage des décisions et des avantages correspondants, les politiques doivent devenir les coordonnateurs de nos actions et non plus des professionnels du pouvoir. Chaque jour, de façon urgente, nous voyons leurs limites face à des réformes à la fois douloureuses pour certains et porteuses d’avenir pour tous. Arrêtons de nous mentir. Il nous faut agir dans la compréhension partagée et travailler à la mise en place d’une VIème république ou à terme, nous dépérirons voire périrons dans la violence de l’ignorance entretenue.


DEVELOPPEMENT: A quelques exceptions près, les médias semblent pris par des habitudes informationnelles discutables. Le 6 septembre, Canal + organisait, entre un journaliste de la presse écrite et un publicitaire, un énième débat sur le coup de tête de Zidane. Le temps pressait et ce « 20 minutes » télévisuel m’a laissé un goût amer de travail superficiel (ce qui n’était sûrement pas la volonté de Pascale Clark, animatrice de l’émission). Par une association d’idées, je prolongerai le questionnement de mon article sur « Zidane, un héros ou le simple acteur d’un système obsolète ? » (http://www.sportvox.fr/article.php3?id_article=10559). J’y écrivais que certains jeunes sont manipulés par des professionnels du sport (managers, agents, éventuellement experts médicaux ou paramédicaux) à travers des pratiques excessives, voire illégales. J’y demandais si ces jeunes, plus ou moins informés ou complices de tricheries, avaient suffisamment de recul pour peser les enjeux d’un système dont ils sont des acteurs essentiels. Un parallèle est envisageable sur le rapport entre les politiques et leurs électeurs. Manipulation des jeunes et manipulation des citoyens, n’ont-ils pas des ressorts communs? En ce sens, il serait excessivement intéressant d’entendre l’avis de Monsieur Guy Drut qui a un pied dans le cirque politique et l’autre dans le cirque sportif, olympique en particulier.

Alors que Luc Ferry, le philosophe ex-ministre de l’Education nationale, souhaite « faire comprendre [aux jeunes] que le monde des adultes est bien supérieur au monde des jeunes» (voir Le Monde du 11 mai 2002), nous devrions l’interroger sur le sens que certains responsables adultes donnent aux pratiques des jeunes sportifs, en particulier de haut niveau. Pour illustrer mon propos sur la connivence entre le sport et le politique, rappelons-nous l’histoire de Nadia Comaneci. Sur le site internet du Centre d’histoire de Montréal, nous pouvons ainsi lire le propos d’un journaliste puis les commentaires suivants : « «Ce n’est plus une petite fille, c’est une machine. Elle marche sur la poutre, saute, fait des sauts périlleux et toujours elle retombe sur cette largeur de quatre pouces, sans même trembler. On dirait qu’elle saute sur un trottoir.» Mais il y a souvent un autre côté à la médaille. À son retour en Roumanie, la reine des Jeux comme on l’appelait, devient un objet de promotion pour le système politique roumain. On l’éloigne de la compétition, pour la livrer à la presse. L’année suivante, la maladie, une dépression et une tentative de suicide marquent la vie de la jeune Nadia. » Heureusement, elle a su par la suite se sortir de ce dramatique état... Pour approfondir ces faits, vous pouvez lire "Les héros sont fatigués - Sport, narcissisme et dépression" de Patrick Bauche qui analyse finement les enjeux subtiles qui aliènent certains athlètes.

Le film récent de Nicole Garcia SELON CHARLIE nous montre aussi le cheminement inquiétant d’un jeune athlète piégé par le système. Mais, d’une fiction, il ne faut pas généraliser abusivement. En forçant le trait, Nicole Garcia et ses co-scénaristes font peut-être preuve de parti pris. Cependant, ils ont au moins le mérite de poser une question: est-ce que cela se passe ainsi avec certains entraîneurs? Et, on peut penser qu’ils se sont renseignés avant de se lancer dans cette partie de leur production ...

Et, tout cela, pourquoi ? Au nom d’une sacro-sainte idée du progrès et de la performance, vérité qui s’impose sans le moindre début de discussion ! Par exemple, gagner 5 centièmes de seconde sur 100, 200 ou 1500 mètres, en voilà une belle affaire! Les commentaires grandiloquents de tels exploits frisent parfois le ridicule, d’autant que l’on pourrait se dire: cette énergie ne serait-elle pas plus utile en d’autres domaines? La compétition est une pratique socioculturelle qui, tout compte fait, nous oppose plus qu’elle ne nous rassemble. Chacun trime dans son coin en espérant damer le pion à ses concurrents. Les défis du futur nécessiteront que nous travaillions plus sur le renforcement de nos synergies et moins sur les résultats individuels aboutissant dans d’éphémères rencontres, très vite oubliées. L’émulation pousse à se dépasser en savoir, en mérite par rapport aux autres alors que la compétition est un dévoiement de l’émulation puisqu’elle oppose les individus dans la recherche simultanée d’un même avantage ou d’un même résultat (voir les définitions de ces mots). L’homme de science, Albert Jaccard, en parle ainsi depuis longtemps.

Bon nombre de décideurs sociétaux se satisfont dans la mise en avant de cette compétition individualisante, et dont les excès sautent aux yeux, alors que les problèmes actuels ou futurs mériteraient une attention prioritaire de tous. Je vous propose, par exemple, les travaux de Jared Diamond, biogéographe américain qui a étudié comment certaines civilisations ont disparu, faute d’avoir respecté leur environnement et anticipé leur devenir. Par exemple, en quelques mots, voyons le développement de la civilisation avancée des Mayas. Le déboisement méthodique de leur territoire a entraîné, en près de 150 ans (790-910 après JC), un changement climatique local, c’est à dire une sécheresse renforcée à cette époque par une légère augmentation du rayonnement solaire. En conséquence, le dépérissement de leur agriculture a provoqué des famines et des guerres fratricides (comme celles que nous avons vu récemment au Rwanda). L’incurie de la noblesse et des fonctionnaires mayas, trop préoccupés par leurs réflexes de caste, leur confort égoïste et leur obsession du court terme, n’a fait que précipiter la catastrophe. (Texte complet de l’entretien avec Jared Diamond dans Le Monde2 du 20 mai 2006). Il ne serait pas inutile, toutes proportions gardées, de nous faire réfléchir aux parallèles possibles avec l’évolution de notre époque plutôt que nous endormir avec les exploits biomécaniques des nantis de ce monde.

Il n’est pas étonnant que ce type d’études soit peu transcrit dans les principaux médias car il trouble la pensée dominante du «toujours plus...de performances et de croissance», que les principes de la compétition entretiennent. C’est pourquoi, pour moi, Zidane, Henri, Manaudou et les autres ne sont pas des héros. Ce sont seulement, en leur domaine, des professionnels talentueux qui jouent à la fois leur rôle dans notre société du spectacle sportif et celui de commodes « locomotives » auprès des jeunes. Mes héros contemporains sont ailleurs: dans les quartiers défavorisés ou aisées, quand leurs jeunes habitants apprennent autres choses que la loi de la jungle, dans les services et dans les entreprises quand leurs salariés et leurs clients sont considérés autrement que des gogos, dans les bibliothèques ou dans les médias en général quand ils offrent des échanges constructifs et accessibles au plus grand nombre, dans les arts quand leur diversité nous subjuguent, dans les assemblées démocratiques quand l’honnêteté et la bonne foi y priment grâce à des moyens efficaces de contrôle. Que de naïveté, jugeront certains ! Mais, a-t-on le choix ?

Agir dans la compréhension partagée ou, dépérir ou périr dans la violence de l’ignorance entretenue, me paraît de plus en plus d’actualité. Faudra-t-il voir se multiplier les catastrophes naturelle de type Katrina ou « patholigico-culturelle » du type des attentats du 11 septembre pour que nous prenions l’exacte température de notre époque ? Pensons aux populations sous la montée du régime nazi, sous la coupe des régimes staliniens ou des dictatures sud-américaines et à tous les groupes de populations maintenus à l’heure actuelle à l’état de bêtes de somme. L’Histoire nous montre l’absurdité des violences subies et la responsabilité d’élites vaniteuses et négligentes. Les politiques manquent de clairvoyance. Les dieux des stades ne sont que des corps démonstrateurs d’une excellence hyper normalisée et, par la même, sclérosante. Etre humain, n’est-ce pas autre chose, c‘est à dire cultiver ce qui nous différencie du lévrier ou du cheval de course ? N’est-ce pas croire que l’instinct de l’animal, conditionné par la lutte pour la vie, peut être réaménagé chez les humains et tout faire pour cela ? N’est-ce pas savoir distinguer ce qui essentiel de ce qui est futile, ce qui implique de donner à chacun tous les moyens de comprendre son environnement pour s’y adapter et changer ce qui est nécessaire de l’être?

C’est ici que Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, Jacques Lang, François Bayrou et les autres prennent leur place dans ce courrier. De nombreux responsables journalistiques relaient bruyamment leur cirque médiatique. Quand auront-ils le courage, comme quelques-uns d’entre eux, de mettre à leur juste place ces héros de la politique spectacle ? L’affaire du journal la Tribune à propos de Ségolène Royal et de son bon sondage sur sa capacité à traiter les affaires économiques illustre mon propos, en montrant le visage d’un système qui se désintègre dans ses contradictions. Nous n’avons plus besoin de professionnels de la politique dont les décisions montrent, de façon urgente, leurs limites face à des réformes à la fois douloureuses pour certains et porteuses d’avenir pour tous. Nous pâtissons de ces demi-dieux du pouvoir qui prononcent des engagements tout en sachant qu’ils les renieront si cela est nécessaire. Nous avons plutôt besoin de bons coordonnateurs de nos actions qui défendent un vrai partage des décisions et des avantages inhérents à ce type de responsabilités. Manaudou, Sarkozy, Zidane, Royal et les autres sont donc les simples acteurs d’un système obsolète. L’évolution vers une VIème république est nécessaire si nous voulons relever les défis du futur et éviter, avec les autres européens, la décadence, voire la barbarie. Arrêtons de nous mentir. La juste vérité en les choses est payante à long terme. Les destins de Hitler, Mussolini, Pinochet, Pol Pot ou Saddam Hussein et les choix sans lendemain de Staline ou de Mao sont là pour nous le montrer. Les mensonges font le lit des rivières stériles. Les reconnaître, c’est dégager les poisons qui en brouillent leur cours bienfaisant.

Didier LESCAUDRON

mouffle

"cet événement que je je me suis efforcé de couvrir avec le maximum d'objectivité"
Objectif.
*lis le paragraphe 4*
*enchaine avec le paragraphe 5*
...
J'aime l'humour.

""La jeunesse hésite entre la joie de vivre et la peur de vivre""
*sifflote*
En ce qui me concerne la jeunesse hésite seulement sur les choix professionnels de son avenir, et aucun aspect politique ne joue de role dans sa vie, sinon pour essayer de faire le tri et constater que çe ne ressemble pas à grand chose.

Et quelqu'un peut me dire à quoi sert ce fichu paragraphe surle dimanche, les pieds de caméra, tout ça ? ah oui, c'est vrai, pour montrer que les journalistes et les blogeurs ne se rendre pas dedans armés de méchantes caméras et autres vilains crayons ou machins à port2 de mains. sérieusement, quitte à évoquer un avis extérieur, autant en parler. car ça, c'est interressant.

auldur

hmm UMP & PS tous les meme des grosse raclure qui te pompe jusqu'a la moile 1502 euro d'impot ce mois si hein alors le doc le sarko la ségolen hein à la poubelle :p c'est mon gros coup de gueule faite comme OBAMA PENSEZ à baisser no Impot on est pauvre bref desole si mon topic à rien avoir avec le sujet mes ça me gave de voir toujour les meme tête...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

MON BLOG A DÉMÉNAGÉ !!!

  •  

    Vous êtes ici sur les archives de

     

    mon ancien blog. Retrouvez-moi

     

    sur mon nouveau blog

     

    en cliquant sur le lien suivant :

     

    Le Blog de Thomas Clément

     

     

     

     

     

     

     

Pub !

-->

Le dossier choc!