« Black Sabbath à Bercy le 2 décembre !!! | Accueil | Bertignac s'associe à B&YOU pour un concert unique et une bonne action ! »

Les Gamins : la vague de fraicheur qu'on attendait depuis longtemps !

  Gamins

J'ai la chance de connaître un peu Anthony Marciano, le réalisateur des Gamins qui sort cette semaine, Simon Istolainem son producteur, tous les deux à l'origine de MyMajorCompany et puis aussi Max Boublil que j'adore et avec qui j'ai travaillé l'année dernière sur Orangina. C'est donc avec un mélange de confiance et d'inquiétude que je me suis rendu à la projection de leur premier film il y a quelques mois chez Gaumont.

Confiance d'abord, parce que les mecs sont des bons, élevés à l'école d'internet et des commentaires sans pitié sur YouTube - Anthony a réalisé toutes les vidéos multi-millionnaires de Max et composé un bon paquet de chansons. Inquiétude ensuite car 90% des comédies françaises sont des jolies danseuses au scénario bâclé (en France il ne reste plus d'argent pour le scénario quand on a fini de payer les acteurs) et qu'il ne suffit pas de réunir Alain Chabat, l'idole des 30-40 ans et Max Boublil, l'idole des 12-25 ans pour faire un carton. A titre d'exemple, j'ai beaucoup de sympathie pour Michaël Youn (cf son Tomcast) mais j'ai été sidéré par la faiblesse (le mot est faible) de son dernier film "Vive la France" et dans un registre plus coûteux, que dire du dernier Asterix…

Alors, verdict ? A la fin de la projection, j'ai mal mais je suis soulagé je n'aurai pas à mentir poliment à toute l'équipe présente dans la salle, je suis sorti sur un brancard, les côtes meurtries par une heure et demie de rire non-stop, les mecs m'ont tué, la brigade du kif m'a passé les menottes sans aucune pitié avant de vider le brancard dans sa fourgonnette. Oui t'as bien compris lecteur, Les Gamins c'est une énorme tuerie comme y'en a pas eu depuis bien longtemps. Je suis content et voici pourquoi :

UN SCENARIO EN BETON

Les Gamins, c'est d'abord une trame de scénario ultra-classique mais avec une belle idée originale :  un choc des mariages ou quand le mariage à l'état de projet rencontre le mariage en fin de course ! Le Pitch : Thomas a décidé de se fiancer avec la charmante Alice mais à sa grande surprise son futur beau-père à qui il est venu annoncer la grande nouvelle fait tout pour le dissuader de se lancer dans cette aventure. Lui ça fait bien trop longtemps qu'il est marié (avec Sandrine Kiberlain excellente en bobo fofolle des banlieues molles) et tout le saoule, d'ailleurs il décide de tout plaquer pour aller flamber un peu et jouer au jeune, flirter avec l'univers de l'entertainment. Il réussi à convaincre Thomas et l'embarque à 200 à l'heure dans son trip totalement régressif.

ENFIN DES TROUVAILLES ORIGINALES ET DE VRAIES SURPRISES

La grande force des Gamins c'est son inventivité. Enfin une comédie qui vous surprend du début à la fin. Anthony Marciano a certes posé sa trame pépère qui vous emmène du début à la fin du film sans perte de vitesse mais c'est pour mieux vous arroser à la mitrailleuse lourde pendant toute la durée du voyage. Et quelles trouvailles !!! Du jeune bourge qui parle comme un jeune des banlieues (le mec est juste hallucinant) en passant par les iphones qui se parlent, et le running gag du diplomate iranien (excellent Kheiron) qui croit qu'il sait bien parler français, gag qui se termine en apothéose par une séance de traduction simultanée inoubliable, LE morceau de bravoure du film, un film ne manquera pas de décrocher aussi un César pour "Utilisation la plus originale de Patrick Bruel dans un long métrage" (sa scène est tout simplement inoubliable). On sent qu'il y a eu un travail d'équipe énorme sur le scénario que des tonnes de vannes ont été jetées pour ne garder que le meilleur. Je ne me souviens pas d'un moment où je me suis dit tiens, là ça devient moins bon.

UN CASTING ALLIANT SECURITE ET NOUVEAUTE

Saluons enfin le casting du film car les acteurs sont tous bons, on sent qu'ils sont heureux d'être là avec l'envie de bien faire, loin de la pression du film où y'a Dany Boon dedans alors faut que ça fasse au moins 5 millions d'entrées si on veut pas finir dans une chambre d'hôtel Ibis au prochain Festival de Cannes. Le tandem Chabat/Boublil fonctionne naturellement sans avoir besoin d'en faire des tonnes et j'avoue un petit coup coeur perso pour Mélanie Bernier qui réussi à illuminer de son talent un rôle plutôt ingrat (Je n'avais vu qu'elle dans "Populaire" où elle crevait l'écran comme jamais). Innovant dans la vanne, les Gamins l'est aussi dans sont casting rafraichissant, truffé de nouvelles têtes et ça fait du bien parfois de voir des nouvelles têtes dans la comédie française !

EN CONCLUSION...

Plus sérieusement, en sortant de la projection des Gamins j'ai ressenti exactement la même chose qu'en sortant de la projection de "Nos Jours Heureux" d'Eric Toledano et Olivier Nakache (souvenez-vous), je m'étais dit que ces mecs iraient loin parce qu'ils apportaient quelque chose de nouveau - allez pour être plus précis j'avais écrit en 2006 : "surveillez-moi de près les deux jeunes réalisateurs-scénaristes qui sont des tueurs". Il me semble que les tueurs ont pas mal tué depuis. C'est tout le bonheur que je souhaite à Anthony Marciano et sa bande de bosseurs talentueux dont j'attends le prochain film avec impatience.




Commentaires

Elodie L

Je l'ai vu (enfin) hier, j'ai adoré ! Belle analyse

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

MON BLOG A DÉMÉNAGÉ !!!

  •  

    Vous êtes ici sur les archives de

     

    mon ancien blog. Retrouvez-moi

     

    sur mon nouveau blog

     

    en cliquant sur le lien suivant :

     

    Le Blog de Thomas Clément

     

     

     

     

     

     

     

Pub !

-->

Le dossier choc!